Protection sociale : la France leader européen pour ses dépenses

Protection sociale : la France leader européen pour ses dépenses

Les dépenses de protection sociale atteignent 4 000 milliards d'euros au sein de l'Union Européenne. A elle seule, la France dépense 714 milliards d'euros en prestations sociales. Ce qui la place en tête, avec 32% de son PiB. La DREES vient de dresser le panorama européen de la protection sociale.

Les ressources de la protection sociale, souligne le dernier rapport de la DREES (1) s’établissent en 2016 à 758,7 milliards d’euros, en progression de 1,8% par rapport à 2015. Elles sont constituées pour 61% de cotisations sociales, soit des cotisations effectives (404,9 milliards d’euros) et, secondairement des cotisations imputées (56,4 milliards). Les impôts et taxes affectés (Itaf) représentent 24% du total des ressources (184,1 milliards d’euros). Enfin, Les contributions publiques atteignent 93,7 milliards d’euros, soit 12% du total des ressources.

De leur côté, les dépenses de protection sociale s'élèvent (hors transferts) à 759,1 milliards d'euros. Sur cette somme, les dépenses en prestations se montent à 714 milliards d'euros. La branche Vieillesse-survie représente le plus gros poste, avec 325 milliards d'euros, suivie de la Santé (249 milliards), de la Famille (54,5 milliards), de l'emploi (44,5 milliards), du Logement (18,5 milliards) et enfin des prestations pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale (21,9 milliards).

Au sein du poste Santé (35% du total), les dépenses maladies s’élèvent à 204,1 milliards d’euros. Elles sont en légère décélération par rapport à 2015 (+ 2%, après 2,2%). Le secteur des sociétés financières et non financières représente 41,5 milliards d’euros de prestations en 2016, note la Drees. "En son sein, les mutuelles et les institutions de prévoyance versent 28,2 milliards d’euros de prestations, au titre de la complémentaire santé et de la retraite supplémentaire principalement."

La France en tête

En 2015, les prestations de protection sociale, tous risques confondus, atteignent 27,5% du PIB dans l’Union Européenne (à 28 pays), soit plus de 4 000 milliards d’euros. Dans l’UE à 15 pays les prestations représentent en moyenne 28,3% du PiB. Le niveau de prestations le plus élevé en part du PIB est observé en France (32,0%), devant le Danemark (31,1%). "L’année 2015, marquée par la poursuite de la reprise économique engagée en 2014, s’accompagne d’une croissance plus soutenue des prestations de protection sociale (2,9% en moyenne au sein de l’UE-28 en termes réels), en particulier sous l’effet de la hausse des deux principaux risques, vieillesse-survie et maladie-soins de santé ", souligne l’étude de la Drees. Cette dernière note une "reprise modérée" de la croissance des dépenses de santé depuis 2014 au sein de l’UE à 15 : de 3,1% par an en euros constants entre 1996 et 2007, pour se stabiliser à 1% par an en euros constants entre 2009 et 2015, avec une hausse cependant plus rapide en 2014 (+1,6%).

Enfin, l’étude analyse le coût horaire du travail, "paramètre clef pour l’emploi et la compétitivité, mais aussi assiette majeure du financement de la protection sociale dans la plupart des pays". Ce dernier s’élève, en 2016, à 26 euros en moyenne dans l’UE-28. "La France fait partie des cinq pays ayant le coût du travail horaire moyen le plus élevé (36 euros) dans l’UE-28. Quoique supérieur à la moyenne européenne, le coût du travail en Allemagne est inférieur de 7% à celui de la France", conclut la Drees.

Jean-Jacques Cristofari

(1) "La protection sociale en France et en Europe en 2016". Résultats des comptes de la protection sociale. DREES, juin 2018.

Cet article a été publié dans Actualité, Notre actualité.