100% Santé : comment ils préparent son déploiement

100% Santé : comment ils préparent son déploiement

Laurent Borella, Directeur Santé Partenariats santé chez Malakoff Médéric et Salim Hassini, Directeur Solutions santé chez Viamedis font le point sur la mise en œuvre à venir du 100% Santé dans leur société respective. Ils soulignent comment ils se sont préparés au déploiement du RAC Zéro et quel sera son impact sur leurs offres de service ou de produits.

Le RAC Zéro a été annoncé par la Ministre de la Santé en juin dernier lors du Congrès de la Mutualité Française en présence des représentants des filières de l’optique et de l’audioprothèse.

Comment votre entreprise s’est-elle préparée en vue de l’offre « 100% Santé » présentée par le gouvernement ?

Laurent Borella : Nous nous sommes préparés à deux niveaux. En externe d’abord, nous avons été au contact, aussi en amont que possible, avec les représentants du gouvernement et de toutes les institutions concernées – syndicats professionnels, CNAMTS, services de l’Etat etc.- pour essayer d’anticiper la réforme et de défendre nos intérêts et la valeur de nos services dans le cadre de la mise en application de cette réforme du RAC Zéro. Nous avons fait part de tout ce que nous avions mis en place chez Malakoff Médéric : réseaux de soins, services autour des devis, réalité de l’accès aux prestations optique, dentaire ou audioprothèse que nous avons dans nos contrats. Malakoff-Médéric propose ainsi déjà à 100% de ses assurés – en collectif ou en individuel – la possibilité de s’équiper en optique sans reste à charge. Nous avions sur ce point déjà répondu à la commande du Président de la République.

Sur le plan interne, nous avons fait une analyse d’impact de l’impact de la réforme et de ses surcoûts. A savoir, risque-t-elle ou pas d’augmenter nos tarifs ? Impactera-t-elle notre offre de produits d’assurance et de services ? Coûts des contrats, garanties, réseaux de soins, orientation de nos assurés par rapport à la promesse du reste à charge ?

Salim Hassini : Comme Viamedis est détenu par des complémentaires de santé, nous avons mené une réflexion proche de celles conduites par ces dernières, qui ont été sollicitées directement dans le cadre de ce 100% Santé. Nous avons réalisé une étude de cadrage sur l’ensemble du dispositif, afin de déterminer quels pouvaient être les impacts techniques sur le tiers payant. Notre préoccupation est d’avoir un regard très technique sur la manière d’intégrer l’offre « 100% Santé ».

En terme d’outils internes ou de prestations clients, comment et dans quels délais allez-vous mettre en œuvre ce RAC Zéro dans votre domaine ?

Laurent Borella : Nous sommes obligés de prendre en compte, dès le 1er janvier 2019, certains nouveaux actes, notamment en audioprothèse. Il y aura donc des impacts techniques sur nos chaînes de liquidation, à mettre en place pour cette date. Ensuite, pour le 1er avril 2019, les premiers plafonds tarifaires arriveront en dentaire et en optique. Enfin, nous sommes priés de mettre en place les garanties pour le RAC Zéro le 1er janvier 2020, en optique et probablement en dentaire.

Nous retravaillons donc notre offre dans le cadre de ce calendrier réglementaire. Nous avons commencé dès cet automne à faire une communication client – à tous nos comptes collectifs – sur le RAC Zéro. Les courriers d’évolution tarifaire 2019, qui partent en général en novembre et font office d’avenant, embarquent une clause de mise en conformité aux obligations réglementaires du 100% Santé. Et dès l’an prochain, nous mettrons à jour les garanties qui vont reprendre ces obligations, notamment celles qui portent sur les prix limites de vente en optique et dentaire et les services associés. Notre objectif est d’avoir, fin 2019, des garanties qui sont conformes, des outils de liquidation qui sont capables de traiter ces garanties et toute la chaine de tiers payant et de réseau de soins qui sera à jour des obligations du zéro reste à charge. Nous allons donc, en 2019, investir beaucoup à la fois dans des outils techniques et des outils contractuels. Nous aurons pour boucler le tout une communication client probablement à l’automne 2019.

Salim Hassini : Nous avons préparé en interne la manière dont nous allons pouvoir opérer ce 100% Santé. Nous avons à cet égard considéré deux typologies de clients : ceux qui vont souhaiter que Viamedis opère les contrôles, qui vont prioritairement porter sur les prix limites de vente à ne pas dépasser dans le cadre du 100% Santé ; et ceux qui vont vouloir opérer leurs propres contrôles, avec leur propre système d’information. Nous devrons dans ce dernier cas être en capacité de leur préciser s’ils ont affaire à un devis ou à une prise en charge du RAC Zéro et leur back office mènera les contrôles que l’on transfèrera ensuite aux professionnels de santé. Nous allons en résumé être le plus paramétrable possible en fonction de la typologie de nos clients.

Estimez-vous que ce RAC Zéro aura une incidence sur vos relations clients ?

Laurent Borella : Nécessairement. De nombreux clients vont se poser des questions sur leur droits, sur le RAC Zéro de leur contrat, sur le RAC Zéro gouvernemental. Beaucoup ne vont pas comprendre cette réforme, qui n’est pas simple, du fait de l’application du RAC Zéro sur certains produits et pas sur d’autres. Nos plateformes relations clients vont être fortement sollicitées et nous allons être amenés à faire le service après vente de la réforme gouvernementale. Il nous faudra disposer d’outils qui puissent, autant que possible, répondre à la question: quelle offre est disponible dans le panier, à quel prix et quel reste à charge restera à l’assuré. Un devis préalable, électronique, sera proposé, un simulateur de reste à charge permettra de rendre les garanties très lisibles. Notre conseil complémentaire sera : Allez dans le réseau de soins et vous saurez immédiatement si vous bénéficiez du reste à charge zéro ou pas !

Salim Hassini : Nous n’avons pas encore arrêté notre réflexion sur la partie « devis », qui n’est pas encore obligatoire à ce jour chez Viamedis. C’est une option qui peut être prise ou pas par nos clients. Nous savons qu’il va prochainement être obligatoire pour le professionnel de santé à destination de son client final. Nous allons donc nous orienter vers la mise à disposition d’un « devis RAC Zéro » que les professionnels devront proposer à leurs clients. Dans nos relations avec les complémentaires de santé, l’incidence du RAC Zéro sera donc surtout technique. Il va falloir revoir le paramétrage de leurs systèmes d’information pour qu’ils puissent communiquer de manière conforme sur le 100% Santé. L’intégration des nouvelles nomenclatures en optique et en audio va fortement solliciter nos équipes pour ce paramétrage.

Propos recueillis par Jean-Jacques Cristofari

Cet article a été publié dans Actualité, Dossiers thématiques.