Santé des Français : plutôt bonne pour 2/3

Santé des Français : plutôt bonne pour 2/3

En 2012, plus de 8 000 ménages et 23 000 individus ont été interrogés sur leur état de santé, leur accès à la complémentaire santé, leur recours ou renoncement aux soins. L’IRDES vient d’en publier les principaux résultats.

En 2012, en France métropolitaine, 65,8 % des personnes âgées de 15 ans ou plus se déclarent en «bon» ou «très bon état de santé », 26 % déclarent un état de santé « assez bon » et 8,3 % se déclarent en «mauvais» ou «très mauvais» état de santé. 39 % des plus de 15 ans et 27 % des personnes qui déclarent une limitation dans les activités du quotidien depuis au moins six mois, confient souffrir d’un problème de santé chronique. Au hit parade des pathologies déclarées par nos concitoyens figurent les lombalgies et autres atteintes chroniques du dos (19,2 %), suivies des arthroses (14,3 %), des cervicalgies et autres atteintes cervicales chroniques (14,2 %), des allergies (13,8 %), de l’hypertension artérielle (13,1 %), de diabète (8,5 %) de l’asthme (7,1 %), de la dépression (5,9 %), de la BPCO, emphysème (5,8 %), ou encore de l’incontinence urinaire, fuites urinaires, problème de contrôle de la vessie (4,9 %).
Couverture complémentaire : 9 sur 10
L’enquête révèle encore que 89 % des personnes de France métropolitaine vivant en ménage ordinaire (hors institution) déclarent bénéficier d’un contrat de complémentaire santé privé et 6 % de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). En 2012, 5 % de la population déclarent ne pas être couverts par une complémentaire santé. Parmi ceux qui sont couverts, 70 % déclarent être bien ou très bien pris en charge pour les forfaits hospitaliers, 52 % pour les lunettes, 48,5 % pour les dépassements d’honoraires des spécialistes et 46,4 % pour les prothèses dentaires. Des moyennes qui masquent cependant une forte hétérogénéité selon le type de contrat. Toujours en 2012,  les salariés du secteur privé sont 64 % à déclarer déjà bénéficier d’un contrat collectif (85 % des cadres contre 50 % des ouvriers non qualifiés et 44 % des employés de commerce). 28 % déclarent être uniquement couverts par un contrat individuel, 2,5 % être bénéficiaires de la CMU-C ; 3,6 % déclarent ne pas être couverts par une complémentaire santé, surtout des ouvriers non qualifiés.
Enfin, 18 % des bénéficiaires de l’Assurance-maladie âgés d’au moins 18 ans disent renoncer aux soins dentaires pour raisons financières. Le taux chute à 10 % pour les soins d’optique, 5 % pour les consultations de médecins et 4 % pour les autres types de soins. « En 2012, en France métropolitaine, 17 % des bénéficiaires majeurs de l’Assurance maladie déclarent avoir renoncé à au moins un soin au cours des douze derniers mois, parce que le délai d’attente pour un rendez-vous était trop long, et 3 % parce que le cabinet était trop éloigné ou que les individus avaient des difficultés de transports. », note encore l’IRDES.

(1) L’Enquête santé et protection sociale (ESPS) 2012. Questions d’économie de la Santé, N°198, mai 2014

Cet article a été publié dans Dossiers thématiques.