L’officine n’attire plus les jeunes

L’Ordre des pharmaciens a dressé l’évolution de la démographie de la profession. Les données économiques qui concernent le réseau officinal montrent que ce dernier se situe bien dans un contexte de récession.

Cette année, la profession des pharmaciens (74 270 inscrits à l’ordre) a encore vieilli, avec une moyenne d’âge de 46,5 ans, indique l’Ordre des pharmaciens dans son dernier Panorama 2014, publié en juin dernier. Ces derniers retardent également leur départ à la retraite  (près de 2 000 ont plus de 66 ans, près de 20 000 ont plus de 56 ans) et la profession n’attire plus les jeunes : 26,3% des jeunes diplômés ne s’inscrivent pas à l’Ordre et le nombre d’adjoints qui deviennent titulaires, a baissé de 12,5% en 2013. Dans les rangs des officines, le nombre de pharmaciens titulaires (37,1 % des effectifs totaux), est en baisse (-0,1 %) à 27 553 personnes, alors que les adjoints et gérants (36,6 % des effectifs totaux) progressent de 0,9 %, à 27 191 personnes. Les femmes sont majoritaires dans ces deux sections : 54,7 % parmi les titulaires et 81,6 % parmi les adjoints. « Cette année encore et plus que jamais, la profession, pour s’adapter aux contraintes économiques et aux évolutions professionnelles se concentre, commente la présidente de l’Ordre, Isabelle Adenot. Le maillage territorial reste néanmoins toujours harmonieux. »
Le vieillissement de la population pharmacienne n’est pas enrayé, note encore l’Ordre. Dans la dernière décennie, la structure d’âge de la population des pharmaciens inscrits à l’Ordre est marquée par un net vieillissement de la génération la plus nombreuse entre 2002 et 2013. Fin 2013, ce sont les 53/57 ans qui sont les plus nombreux nettement devant les 48/52 ans désormais.  « L’ âge moyen de départ à la retraite annoncé par la Caisse d’Assurance Vieillesse des Pharmaciens, qui est de 63 ans, illustre bien les tendances mises en lumière par l’évolution des tranches d’âge du tableau après 57 ans », note le Panorama de l’Ordre. Dans les dix ans à venir, 19 172 pharmaciens de plus de 56 ans en 2013 partiront à la retraite.
Un CA qui se contracte
Par ailleurs, selon une étude de la Fédération des centres de gestion agréés, les pharmaciens réalisent un chiffre d’affaires brut moyen de 1,5 million d’euros et un résultat courant brut moyen (c’est-à-dire sans les charges) évalué à 176.000 euros pour 2012.  Après des années de hausse, le CA moyen des pharmacies marque le pas et se contracte de 0,2 % cette même année. Si une officine sur cent n’atteint pas les 16.500 euros,  plus de neuf pharmacies sur dix réalisent un résultat courant brut supérieur à 49.500 euros. Ces résultats ne devraient pas s’améliorer à l’avenir. En effet, fin juin, les ventes des officines en produits remboursables ont reculé de 2,2 % sur le 1er semestre de l’année en cours et de 1,8 % en année pleine par rapport à juin 2013. Les médicaments de prescription médicale facultative, visés par l’Inspection Générale des Impôts dans son dernier rapport, ont, de juin 2013 à juin 2014, vu leurs ventes reculer de – 3,3 %, à 3,277 milliards d’euros, selon le GERS. A ce total, il faut ajouter les génériques non remboursables, également en recul de – 5,8 %, à 1,905 milliard d’euros sur la même période. C’est dire que toute intrusion de la grande distribution sur ce segment du marché pharmaceutique ne pourra qu’affaiblir un peu plus le réseau officinal.

Cet article a été publié dans Actualité, Notre actualité.