Les complémentaires santé : leur rôle et leur importance

Les complémentaires santé : leur rôle et leur importance

Avec 95 % de personnes couvertes, la France est, parmi les principaux pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), celui où la couverture privée est la plus répandue. La DREES vient de consacrer un ouvrage très détaillé sur les organismes complémentaires santé, leurs bénéficiaires et leurs garanties.

En 2014, les organismes complémentaires ont versé 27,1 milliards d’euros de prestations en frais de soins, contribuant ainsi à hauteur de 13,5 % au financement de la consommation de soins et de biens médicaux. Deux ans plus tôt, en 2012, 54 % de la population étaient couverts par une complémentaire santé privée souscrite à titre individuel et 35 % par un contrat collectif : 16 % par le biais de leur propre employeur et 19 % en tant qu’ayant droit par le biais d’un membre de leur ménage. Ces contrats collectifs profitent surtout aux 25-59 ans, notent les auteurs de l’ouvrage, qui note par ailleurs que 91 % des bénéficiaires d’un contrat individuel disposent de tarifs augmentant avec l’âge (la quasi-totalité pour les sociétés d’assurance, 89 % pour les mutuelles).

Pour éclairer les débats
L’ouvrage de la Drees souligne également que la part des organismes complémentaires dans le financement de la consommation de soins et de biens médicaux a augmenté pendant plusieurs années : de 12,8 % en 2006, elle est passée 13,7 % en 2012 et 2013, pour baisser à 13,5 % en 2014, date à laquelle les organismes complémentaires ont versé 27,1 milliards d’euros de prestations en frais de soins, dont 25,7 milliards d’euros en soins et biens médicaux. Cette même année, ils financent 38,9 % des biens médicaux (optique, orthèses, prothèses, véhicules pour personnes handicapées physiques, petits matériels et pansements), 21,7 % des soins de ville (soins de médecins, d’auxiliaires, soins dentaires et dépenses de laboratoire) et 13,7 % de la dépense de médicaments. La participation des organismes complémentaires aux soins hospitaliers est nettement plus réduite (5,3 % des dépenses en 2014.
L’ouvrage revient également sur le marché de la complémentaire, déjà évoqué dans nos colonnes (2), marché qui s’est concentré avec les années. Il est complété par un ensemble de fiches thématiques (dont des comparaisons internationales) et de graphiques qui en font un document de référence pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet ou prendre connaissance du poids des organismes complémentaires dans le financement de nos dépenses de santé. « Un système de santé accessible et de qualité permet également à des personnes en mauvais état de santé de se soigner et, par suite, d’améliorer leur productivité et leurs opportunités de participation à l’activité économique », notent les auteurs à propos des effets redistributifs de l’assurance maladie obligatoire et complémentaire. Un ouvrage qui « vise à éclairer le débat public sur l’ensemble des dimensions d’intervention de la complémentaire santé. » A lire absolument.

Jean-Jacques Cristofari

(1) « La complémentaire santé, Acteurs, bénéficiaires, garanties », DREES, avril 2016
(2) http://www.viamedis.fr/complementaires-sante-un-secteur-en-bonne-sante-financiere/

Cet article a été publié dans Actualité, Notre actualité.