Dépenses de santé : la décrue se confirme

Dépenses de santé : la décrue se confirme

Pour l’année 2012, les dépenses de santé ont été inférieures aux prévisions arrêtées dans la loi de financement pour la Sécurité sociale. Ce bon résultat donne de nouvelles marges de manœuvre à l’assurance-maladie

Les dépenses de santé se sont élevées à 170,3 milliards d’euros en 2012, soit « 860 millions d’euros de moins que l’objectif initial fixé par la Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2012″, souligne le comité d’alerte sur l’évolution des dépenses d’assurance maladie (1).
L’objectif d’évolution des dépenses maladie (ONDAM) a ainsi été de 2,4% en 2012, contre 2,5 % initialement prévus. La baisse porte presque intégralement sur les soins de ville, ajoute le comité qui constate « un net ralentissement » pour ces soins. Du côté des dépenses hospitalières publiques « nettement supérieures aux prévisions » (560 millions d’euros), on note cependant une forte augmentation du volume économique de leur activité. Celles des cliniques privées ont été inférieures de 80 millions d’euros.
L’ensemble de ces résultats devrait induire un « effet de base » favorable de – 480 millions d’euros pour 2013 sur les soins de ville, estime encore le comité, pour qui les dépenses de santé devraient à nouveau être inférieures à l’objectif fixé pour 2013, de l’ordre de 200 millions d’euros.
A ces économies potentielles devraient s’ajouter les mesures d’économies prévues dans le Budget de la Sécu 2013 (baisses de prix de médicaments, de tarifs médicaux) qui, selon le comité d’alerte devraient avoir un rendement « légèrement inférieur aux prévisions ».

Jean-Jacques Cristofari

(1) Avis du Comité d’alerte n° 2013-2 sur le respect de l’objectif national de dépenses d’assurance maladie

Cet article a été publié dans Actualité, Dossiers thématiques.