Dépenses de santé : 2012 amorce la décrue

Sur l’année écoulée les dépenses de santé ont augmenté de + 2,4 % dont 0,7 % pour les seuls soins de ville. La facture des dépenses en médicaments marque une baisse de – 0,9 %. Seuls les versements aux établissements de santé continuent de progresser, à + 4,1 %.

L’Objectif national de dépenses de santé remboursées par l’assurance maladie (ONDAM), fixé à 2,5 %, devrait être respecté pour 2012. C’est du moins ce qui ressort du bilan réalisé en février par l’assurance maladie sur l’évolution des dépenses de santé présentée au remboursement. Premier constat : les dépenses de soins de ville n’ont que faiblement progressé (+ 0,7 %) pour s’établir à 62,333 milliards d’euros. Les dépenses en soins de médecins et de dentistes sont restées stables ( – 0,2 %), avec une baisse significative des remboursements de soins de médecine générale (- 1,2 %) et une croissance nulle des soins spécialisés. Les soins d’auxiliaires médicaux se sont envolés (+ 6,4 %), en particulier ceux des infirmiers (+ 7,9 %), la croissance de ce poste reflétant « une démographie très dynamique, avec une progression des effectifs qui s’accélère au fil des années. ». Les remboursements de produits de santé (médicaments et produits de la LPP), sont restés stables par rapport à l’année précédente, avec une baisse plus sensible pour le seul poste médicament (- 0,9 % contre + 1,2 % en 2011).  Les baisses de prix (-3,5 %) et un fort effet générique (-1,8 %), notamment grâce à la mesure tiers-payant contre générique mise en place à partir de la seconde moitié de l’année, auront joué pour beaucoup. Dans ce même registre, IMS comme le GERS notent la chute drastique du marché du médicament, sur lequel les ventes en prix fabricant HT baissent de – 2,3 % sur l’ensemble de l’année 2012, de même que les volumes (–1,1 % pour les produits remboursés). Seules les ventes de médicament hors prescription en accès libre poursuivent leur ascension (+ 2,2 %, à 5,289 milliards d’euros)
L’évolution des versements aux établissements de santé est loin de marquer le pas, avec une hausse de  + 4,1% en 2012 (+ 4,5% pour le public et + 2,2 %, pour le privé). « Au total, note la CNAM, les dépenses du régime général progressent en 2012 de + 2,3 % en données corrigées des jours ouvrés et des variations saisonnières. » Ce qui devrait augurer d’un nouveau ralentissement en 2013, si les dépenses hospitalières rentrent également dans le rang.

Jean-Jacques Cristofari

Cet article a été publié dans Actualité, Notre actualité.