Complémentaire santé : une généralisation très attendue

Complémentaire santé : une généralisation très attendue

Le 1er janvier prochain, les entreprises seront tenues de proposer une complémentaire santé à leurs salariés. L’Observatoire entreprise et santé réalisé par Viavoice pour Harmonie Mutuelle précise ce qu’il en est dans les rangs des sociétés comme des assurés.

Selon le dernier sondage de Viavoice (1) 57 % des salariés considèrent que l’accord en vue de la généralisation d’une assurance complémentaire en santé est « un investissement positif pour leur santé » et près de 60 % des dirigeants d’entreprise le considèrent également. On aurait pu penser que les uns comme les autres soient davantage satisfaits de cette mesure. Reste cependant que 80 % des salariés et 82 % des dirigeants interrogés estiment que l’entreprise joue un rôle primordial pour contribuer à la bonne santé de ses salariés. Désormais l’idée est admise, et c’est un fait intéressant à souligner, que les actions en entreprise au profit de la santé des collaborateurs ont des conséquences positives sur l’ambiance au travail : 82 % des dirigeants le pensent, soit 6 % de plus qu’en avril 2014. Ces actions ont également un impact positif sur la situation de l’entreprise (pour 73 % de ses dirigeants), ainsi que sur la productivité (pour 71 % des salariés et 76 % des dirigeants).
La e-santé au secours des patients
La e-santé ou santé connectée intéresse également les salariés comme leurs dirigeants. Ainsi, 75 % des salariés interrogés et 54 % des dirigeants se montrent intéressés par un outil de mesure et de recommandations des positions et des postures au travail. Ainsi près d’un salarié sur deux (49 %) serait demandeur de formation à distance (c’est à dire par e-learning) sur la santé et les risques professionnels. La e-santé est un outil qui intéresse également 73 % des salariés pour mesurer le stress en temps réel et près de la moitié des interrogés – jusqu’à 60 % des 18-24 ans – se disent intéressés par une application de smartphone pour le suivi de leur santé au quotidien. Les APPs sont de plus en plus nombreuses sur ce dernier registre et les opérateurs en développent chaque jour de nouvelles. Mesurer son taux de glycémie grâce à une montre connectée et prendre un médicament antidiabétique en conséquence sera sans doute banal dans les années à venir. En signant un accord avec Google, le laboratoire français Sanofi est ainsi entré de plain-pied dans la médecine 3.0. La firme californienne multiplie depuis peu les annonces dans le domaine de la santé, telle la mise au point d’un bracelet capable de détecter précocement le cancer. Dans le domaine médical, les laboratoires Google X ont déjà développé des lentilles de contact intelligentes à destination des diabétiques, capables de mesurer en temps réel le taux de glucose dans les larmes. Un dispositif que la firme va développer en association avec la firme pharmaceutique Novartis. Le marché mondial de la santé est évalué à 10,8 trillions (millions de milliards) pour l’année 2017, selon des chercheurs du Freedonia Group. Autant dire qu’il va susciter de nombreuses convoitises, jusque dans les rangs des assureurs complémentaires qui, pour l’heure, se positionnement face aux opportunités nouvelles de la généralisation précitée.

Jean-Jacques Cristofari

(1) Sondage réalisé en ligne du 8 au 30 octobre 2015 auprès d’un échantillon de 1001 salariés des secteurs public et privé.

Cet article a été publié dans Actualité, Notre actualité.